Les Editions Rutabaga

Les Editions Rutabaga, spécialisées dans l’édition de bandes dessinées, explorent la narration à travers des techniques d’impression et des formats atypiques avec l’objectif d’amener le lecteur à réfléchir sur le rapport texte/image.

 

Cette maison d’édition a été créée en 2012 à Angoulême par Olivier Crepin. Elle s’attache à ce que le lecteur manipule l’objet livre et qu’il devienne actif dans sa lecture. En effet, les Editions Rutabaga proposent des récits présentant des contraintes de façonnage importantes, allant de systèmes de couture à des montages en hélice, faisant des ouvrages de véritables objets rares, qui permettent au lecteur d’interroger son rapport au livre. Dans cette optique de manipulation atypique de bande dessinée papier, la maison d’édition a notamment publié Lidocaïne et Astreinte, conçus comme des livres à coudre et à découdre, Relativité, imaginé en spirale et proposant ainsi un récit infini, Sacré Sucre, se présentant sous la forme d’un labyrinthe de papier, Yacine, aspirine assistant psy, envisagé comme une notice de médicament ou encore Flower Power et Bird, réalisés à la manière d’un leporello, communément appelé « livre accordéon ».

 

 

Les Editions Rutabaga accordent également une grande importance aux questions de similitudes et différences entre l’édition papier et l’édition numérique. C’est pourquoi, depuis 2015, elles publient des récits destinés à la lecture numérique.

 

Dans le cadre des Avants-Bruits de Langues 2019, qui ont eu lieu le 10 octobre à l’Université de Poitiers, Olivier Crepin et Morgane Parisi sont venus représenter et parler des Editions Rutabaga.

 

Olivier Crepin est auteur et éditeur de romans graphiques. Diplômé d’un Master de Bande Dessinée à l’École Européenne Supérieure de l’Image, il fonde, en 2012, les Editions Rutabaga. En 2013, il y publie son premier roman graphique, Lidocaïne, qui est sélectionné par la Cité Internationale de la Bande Dessinée. Il a consacré sa thèse aux mutations transmédiatiques contemporaines du roman graphique et s’attache à repenser son format à travers différents médias.

 

Morgane Parisi oscille entre illustration, bande dessinée et graphisme. Diplômée d’un Master de Bande Dessinée à l’École Européenne Supérieure de l’Image ainsi que d’un Master en Anthropologie sociale, elle est fortement inspirée par l’anthropologie et les sciences humaines en général. Plusieurs de ses créations se présentent sous la forme de posters narratifs à caractère scientifique/ethnologique/cartographique, comme par exemple Global Warning, publié aux Editions Rutabaga en 2019, qui prend la forme d’un récit-affiche sur le réchauffement climatique.  

Elle est en résidence de création à l’Université de Poitiers du 4 novembre 2019 au 14 février 2020. Elle en tirera la matière pour réaliser un objet graphique hybride et effectuera en parallèle plusieurs actions de médiation telles que des ateliers de pratique artistique et des rencontres, qui permettront au plus grand nombre de découvrir son univers artistique.

 

À l’occasion de cette journée articulée autour de deux maisons d’édition, ils étaient accompagnés de l’éditrice Frédérique Breuil, de l’auteur Benoît Vincent et du plasticien Jérémy Liron, des éditions Les Inaperçus. Leur intervention s’est articulée en deux temps. La première partie a consisté en une présentation de leur parcours personnel ainsi qu’au sein de la maison d’édition dont ils font partis, tandis que la seconde partie s’est présentée sous la forme d’une rencontre autour du lien texte/image, qui joue un rôle important dans chacun de leur travail.

 

Crédit photo bannière : https://cutt.ly/sfGxJn2

 

Written by 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *