Anne-Marie Garat

« Car la vie des gens est imprévisible, il y survient tant de drames et de mystères. La vie des gens est pleine de bruit et de fureur. Y plonger comme au fond du puits peut déclencher des cris de joie, ou des larmes, réveiller des courroux, des haines. Déclencher des coups de feu et de couteau. »

Dans la main du diable, Anne-Marie Garat (2006)

Biographie

Née en 1946 à Bordeaux, Anne-Marie Garat descend de forestiers du Béarn, de vignerons du Médoc et d’une paysanne valaisanne, annexée à la famille par un détour romanesque de la Grande guerre.
Marquée par l’héritage de la mémoire familiale, que traversent les deux guerres mondiales, son origine lui inspire un sentiment de rupture intime, qu’elle traduit par les figures de l’absence et du crime, où dominent les fantômes d’un passé qui ne passe pas. Souvent présentes dans ses romans, les images de la photographie et du cinéma, et celles de la peinture liées à celles du langage littéraire, y désignent, derrière les illusions du visible, la réalité des formes imaginaires qui voisinent au quotidien ; d’ailleurs, elle a longtemps écrit dans sa cuisine, qui constitue à ses yeux un petit laboratoire existentiel.
Elle revendique la fiction comme représentation vraie, elle incline à penser que la littérature n’a pas de sexe mais un genre (très humain) et qu’elle est plus que jamais un art de l’inquiétude, propre à la connaissance de soi et du monde. Son style emprunte autant au registre de la poésie que du réalisme, pour être grave son ton n’est pas exempt d’un certain humour, dont elle craint qu’il soit peu manifeste, mais elle ne désespère pas.

Bibliographie

  • Chambre noire, Flammarion, 1990
  • Aden, Seuil, 1992, prix Femina
  • Photos de familles, Seuil, 1994
  • Les Mal Famées, Actes Sud, 2000 ; Babel no 557 Prix Marguerite Audoux
  • Dans la main du diable, Actes Sud, 2006
  • Photos de familles, Actes Sud 2011
  • Programme sensible, Actes Sud 2013
  • La Première Fois, Actes Sud 2013

Auteur ou autrice