Mathieu LINDON

«  L’écriture est une fiction, l’écriture est un fantasme, le vrai but de l’écrivain, est-ce la prison, l’humiliation sociale ? Parce qu’il trouve quand même que c’est ça qu’il mérite, être isolé des autres qui ne vont pas le féliciter d’être si différent, s’il commence la guerre en n’ayant d’autre arme que l’écriture […] »

Biographie

Mathieu Lindon est un écrivain de l’intérieur, de l’amitié surtout, des relations que les humains nouent entre eux, de la peur et du fantasme de sa propre différence, de la haine, de la lâcheté… Comme « l’avidité est humble par nature : il risque toujours de lui manquer quelque chose », on pourrait dire de son écriture qu’elle est humble, ou bien amoureuse, cela reviendrait au même. Ses romans laissent aussi le sens incroyable de l’intérieur des pièces des appartements et des maisons : les lieux restent, et l’atmosphère des pièces où les personnages vivent, reçoivent ou s’isolent, peut-être surtout celles qu’ils vident ou gardent fermées. C’est un écrivain de l’intérieur enfin ainsi que l’on nomme le Ministère dans son pays, en protestation d’individu qui croit que les livres ont ce pouvoir de faire progresser une société que l’indifférence grève et que la lâcheté mine. Une sorte de citoyenneté isolée, obstinée, à passer ainsi par l’écriture, qui rappelle celle d’un Roland Barthes ou d’un Michel Foucault, à faire valoir une différence aussi inexcusable qu’involontaire.

Bibliographie

En enfance (2009)

Mon cœur tout seul ne suffit pas (2008)

Ceux qui tiennent debout (2006)

Je vous écris (2004)

Ma catastrophe adorée (2004)

Lâcheté d’Air France (2002)

Chez qui habitons-nous ? (2000)

Le Procès de Jean-Marie Le Pen (1998)

Les Apeurés (1998)

Merci (1996)

Champion du monde (1994)

Le Cœur de To (1994)

L’Homme qui vomit (1988)

Prince et Léonardours (1987)

Nos Plaisirs (sous le pseudonyme de P.-S. Heudaux), aux Éditions de Minuit (1983)

Pour aller plus loin

Page France Culture (Biographie et Interview)

Page de l’auteur aux éditions P.O.L

Auteur ou autrice