Olivia Rosenthal

On nous a fait croire, pour la conservation de l’espèce, à la nécessité de procréer à deux, d’éduquer à deux, de penser à deux et de jouir à deux alors qu’on peut faire presque les mêmes choses tout seul.

Olivia Rosenthal, Toutes les femmes sont des aliens/Les oiseaux reviennent/Bambi et co, 2016, éditions Verticales.

Biographie

Avec Que font les rennes après Noël ?, Olivia Rosenthal publie son huitième livre aux éditions Verticales. Elle a connu une large reconnaissance grâce au précédent, On n’est pas là pour disparaître, qui entrait dans Projet Théramène, le dernier spectacle de Jean Boillot au TAP en mai 2010, et inspire le prochain de Cyril Teste, Reset. Elle participe elle-même à des performances, mais elle a écrit une première pièce dés 2004, qui avait été créée par Alain Ollivier, récemment disparu, alors directeur du Théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis : rare consécration pour une jeune artiste de susciter ainsi l’intérêt d’un grand metteur en scène. Cette pièce s’appelle Les Félins m’aiment bien, ce qui préfigure la présence, dans Que font les rennes après Noël ?, de La Féline, le film de Jacques Tourneur, comme révélateur de la sexualité. Olivia Rosenthal a un art singulier d’associer expériences existentielles et documentations scientifiques, de varier narrateurs, points de vue, écritures, de refuser l’exhibitionnisme de l’intime avec élégance et humour. Cette fois elle conduit le récit d’une émancipation en même temps qu’une enquête sur la vie des bêtes et une réflexion sur la condition animale. Comme dans les contes, l’aspiration d’une petite fille à suivre le traîneau du père Noël se métamorphose en la découverte et l’acceptation progressive d’un désir longtemps refusé

Bibliographie sélective

Pour aller plus loin

Auteur ou autrice